Histoire du transport public mulhousien

2014
130 ans de transport en commun dans l'agglomération mulhousienne

Soléa fête ses 130 ans de service auprès des habitants de l’agglomération mulhousienne.
A cette occasion Soléa  a replongé dans l’histoire, en rénovant dans ses ateliers un bus emblématique des transports en commun de Mulhouse : Le Floirat. 
Le Floirat, pièce unique, est l’un des derniers modèles existants de son époque et a été exposé au grand public le samedi 20 septembre 2014 lors d’une grande journée anniversaire. 
Le public a pu profiter au cœur de la place de la Réunion à Mulhouse d’une exposition historique imagée par la Section Histoire Soléa, de l’exposition du Floirat et du Tram-bus nouvelle génération.
 

Bus Floirat
2013
trambus
Tram-Bus, nouvelle génération !

Bouille ronde et «souriante», baies vitrées élargies, roues carénées, le nouveau transport en bus nouvelle génération est arrivé dans l’agglomération mulhousienne le 2 septembre 2013 pour rendre plus performante et attractive la mobilité durable des habitants de Kingersheim et Wittenheim.

Première du genre sur notre territoire, cette ligne structurante de bus à haut niveau de service est connectée au pôle d’échanges Châtaignier. Elle relie les deux cœurs de ville de Wittenheim (depuis le quartier Ste Barbe) et Kingersheim à Mulhouse. Les lignes voisines de cet axe sont également restructurées, avec l’objectif d’améliorer l‘offre globale de transport au nord de Châtaignier.

La nouvelle ligne 4, offre des services proches de ceux du tramway (comme des larges portes coulissantes, un plancher bas et des hauteurs de quai adaptées pour un accès facilité aux personnes à mobilité réduites et poussettes) et assure également plus de correspondances avec le tramway.

La mise en place de cette nouvelle ligne s’accompagne d’aménagements aux arrêts : mise en place d’abribus, de quais facilitant l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, d’écrans d’informations voyageurs et d’équipements de priorité aux carrefours. Une voie réservée permet de traverser plus rapidement le carrefour du rond-point 430.

2011
Les transports doux de Soléa

 

  • FILEA, le transport à la demande

Avec l’extension du territoire de l’Agglomération en 2010, le périmètre du réseau de transport en commun Soléa s’est élargi.
Soléa est présent aujourd’hui dans 23 communes aux besoins de déplacements très différents. Pour répondre à cette spécificité de territoire, Soléa a déployé le 5 septembre 2011 le nouveau service de transport à la demande de l’agglomération : FILEA

Le principe est simple !

Ce service géré par Soléa propose des dessertes pendant les heures creuses du lundi au samedi. Il complète des lignes bus régulières qui continuent à circuler en heures de pointe. C’est davantage d’offre et de destinations possibles !
 

véhicule Filéa
  • Le co-voiturage Soléa

Soléa propose depuis septembre 2011 une nouvelle façon de se déplacer en voiture partagée tout aussi économique et responsable : le co-voiturage !
Le covoiturage c’est se déplacer à plusieurs dans la même voiture en partageant les frais.
Le co-voiturage en complément du réseau Soléa : une véritable source de mobilité et d’économie.
www.covoiturage.solea.info 

coivoiturage
  • L'autopartage

L’autopartage, la liberté de se déplacer partout !
Avec l’abonnement Libellule, on circule à volonté sur toutes les lignes Soléa en bus, tramway et
tram-train et les abonnés disposent en plus d’un accès aux voitures en libre-service du réseau national Auto’trement stationnées dans Mulhouse et ailleurs en Alsace ( Colmar, Strasbourg etc…). Une seule carte pour combiner bus, tramway, tram-train et voiture partagée, en fonction des déplacements !
www.autotrement.com

Autotrement
2010
tram-train mulhousien
Le tram-train mulhousien
  • Le tram-train mulhousien : un modèle de transport public reconnu sur la scène internationale

L’agglo mulhousienne a mis en service le 12 décembre 2010, le 1er tram-train capable de rouler indifféremment sur les voies du réseau ferré régional et national, (TER et TGV), ainsi qu’en ville aux côtés des tramways et de s’adapter aux deux tensions d’alimentant les voies (750V / 2 500 V). Le véhicule emprunte successivement les rails du tramway mulhousien et la ligne de chemin de fer classique. Il dessert ainsi toutes les stations et halles ferroviaires de Mulhouse Gare Centrale à Thann sans changement sur 22 km. Il  permet une meilleure desserte de la Vallée. Le nombre de dessertes est quasiment doublé entre Mulhouse et Thann, passant de 23 à 44 allers retours par jour.

Le tram train en chiffre :

  • 100 km/heure : vitesse de pointe du tram-train

  • 231 places dont 78 assises dans une rame

  • 22 km de voie dont 4 km de voie dédiée

2002- 2009
Soléa et le renouveau du tramway

A la rentrée 2002, le réseau se choisit un nouveau nom commercial et se crée un nouvel univers : Soléa.
Evoquant l'énergie et l'enthousiasme, ce nom très fluide se veut également doux et sympathique.

A l'automne 2003, les mulhousiens choisissent le design de leur tramway. A leur tour les bus déclinent dès mai 2004 les nouvelles couleurs du réseau : rouge, jaune et noir.

tramway Soléa

En janvier 2005, la tarification par zone est mise en place sur le nouveau périmètre du Sitram élargi à 7 nouvelles communes du bassin potassique. Le 7 janvier 2005, la première rame arrive au dépôt. Les 27 rames seront livrées dans l'année à raison de deux par mois en moyenne.

Le 13 mai 2006, le tramway ouvre ses portes sur ses deux lignes et est fêté dans toute la ville. Il est inauguré par le président Chirac la semaine suivante. Le 5 juillet 2006, au passage à la période d'été, le réseau bus restructuré est mis en service. Le nouveau réseau bimodal, bus et tramway, offre son service optimal à la rentrée 2006.

Le 4 juillet 2009, 3 nouvelles stations sont ouvertes au public prolongeant ainsi la ligne 1 jusqu'au terminus "Châtaignier".

Le 30 août 2010, le réseau Soléa dessert 8 nouvelles communes. Les lignes 51 et 52 sont prolongées et 3 nouvelles lignes sont créées (55, 56 et 57).

1987 - 2002
Autubus Mercedes Benz
Les TRAM

En 1987, la Tramette voit le jour : ces petites navettes partant d'un parking à destination du centre-ville sont une innovation nationale !

En 1989, un système informatisé d'aide à l'exploitation et à l'information des voyageurs est mis en service. Il permet une constante localisation espace / temps grâce à la mise en mémoire embarquée de l'ensemble des lignes et des horaires du réseau. Résultat : plus de 90 % des horaires annoncés aux clients sont respectés. En 1993, les premiers véhicules à plancher surbaissé circulent sur le réseau.

A l'intérieur du bus, il annonce les arrêts, et informe aux arrêts principaux du temps réel d'attente du prochain bus.

En 1995, les Services Techniques obtiennent la certification ISO 9002 qui certifie de la qualité de la maintenance des bus.

En 2001, les bus du parc sont dotés de nouveaux équipements: un système de vidéosurveillance et des filtres à particules qui permettent de diminuer de 80 à 90% les émissions de monoxydes de carbone.

En octobre 2002, TRAM devient Soléa et s'organise pour exploiter et maintenir un tramway de retour dans la ville.

1980 - 1986
Les TRAM

Les innovations se précipitent fin des années 70 : création des premiers couloirs bus, mise en place de près de 200 abribus en 2 ans. Dans les années 80, tout le parc bus est équipé en radio-téléphone.

En 1982 le SITRAM (Syndicat Intercommunal des Transports de l'Agglomération Mulhousienne) est créé. 

En 1985 est entamée la restructuration complète du réseau de bus. Tous les trajets sont redessinés, les fréquences adaptées, les lignes re-numérotées. La marque commerciale " TRAM " aux couleurs bleue et verte est créée, une nouvelle billeterie voit le jour avec la suppression des zones et la création du réseau de commerçants revendeurs. L'appellation TRAM deviendra le nom de la société en 1992.

renault inauguration
Parc bus
TM - TCM

Le tramway ayant progressivement disparu, l'entreprise change de raison sociale pour devenir " T.C.M " Transports en Commun de Mulhouse. Trois types d'activité s'y déroulent : le transport urbain de voyageurs (84 autobus en parc en 1969), les " excursions et services ouvriers " (les T.C.M possèdent 26 autocars ; cette activité cessera en 1985), et le transport de marchandises avec ses propres camions, camions citerne, grues, … laquelle activité cessera en 1979.

1947 - 1967
Le trolley réapparaît

Durant la deuxième guerre mondiale, le réseau a beaucoup souffert. Devant l'importance des travaux de reconstruction de voirie et la nécessité de renouveler le matériel roulant, les T.M. investissent dans le " pneu " (bus et trolleys).
Aux environs de 1950, le réseau mulhousien compte deux lignes de tramwaydeux lignes de trolleycinq lignes d'autobus et deux lignes de tramway interurbain, auxquelles s'ajoute le réseau de transport de marchandises.

trolleybus
1930
autobus
L'autobus

En 1930, la première ligne d'autobus est ouverte pour desservir le Zoo et le Rebberg. En 1954 arrive le Floirat, premier " vrai bus " offrant plus de places debout que de places assises. Ce bus, conçu avec les techniciens du réseau mulhousien, est un nouveau concept de véhicule particulièrement adapté au transport urbain de personnes. Il portera le nom de " Mulhouse " comme modèle dans la marque.  Il proposait d'atteler une remorque,, une idée reprise par les bus articulés. L'autobus est bicolore, rouge et ivoire, rappelant ainsi les couleurs héraldiques de la ville

1908 - 1918
Le sans rail

Le quartier du Rebberg, trop pentu, n'est pas desservi par le tramway. La ville décide d'exploiter à son propre compte une ligne de trolley sur ce quartier. La ligne est ouverte en 1908 avec 4 véhicules. Mais dix ans plus tard, ils sont détruits dans l'incendie de leur dépôt. Le Rebberg dut attendre … l'autobus jusqu'en 1930.

sans rail
1881 - 1894
Train de marchandise
Des rails dans la ville

Le tramway est né à Mulhouse de la nécessité d'approvisionner les nombreuses usines de la ville en marchandises et en matières premières depuis le port du Nouveau Bassin construit sur les bords du canal en 1872.
En 1880, le conseil municipal de Mulhouse, sous l'autorité du Maire Jean MIEG KOECHLIN accorde une concession de 30 ans pour la construction et l'exploitation du tramway de Mulhouse. Il sera à vapeur, et dès 1881 sa vocation première sera le transport de marchandises. A noter que ce service sera assuré par le réseau urbain jusqu'en 1979.

Le transport de voyageurs n'interviendra qu'un an plus tard, à l'été 1882 : une ligne parcourue par des wagons de marchandise rapidement équipés de bancs, emmenaient les mulhousiens aux "Bains du Rhin" en périphérie de la ville. Le succès est immédiat et la construction d'autres lignes voyageurs lancée.

Historique : 1881 - 1894 Motrices

En 1882, la société les " TRAMWAYS MULHAUSEN " (Tramways de Mulhouse, T.M) est créée. Le réseau mulhousien a d'ailleurs servi de modèle à celui de Bâle.
Accueilli avec enthousiasme, le tramway à vapeur fait bientôt l'unanimité contre lui. On lui reproche son bruit, sa fumée et les accidents ou incidents et les tremblements qu'il produit.
C'est pourquoi, en 1894, les lignes voyageurs sont électrifiés, les marchandises continueront à être transportées par les locomotives à vapeur, appelées Gletissa. L'éclairage des rues est installée par la même occasion.

Le trafic atteint en 1900, 2 700 000 voyageurs et 12 millions de voyageurs en 1930 en France

1864-1900
1864-1900 : l’omnibus

Les besoins croissants en transport sont à l'origine de la création de services d'omnibus. Ces omnibus étaient autorisés à accueillir un maximum de 24 voyageurs : 12 places assises à l'intérieur et 12 sur le toit. Le cocher devait s'arrêter à la demande des usagers. Ces services ont occasionné une sérieuse concurrence au tramway à vapeur malgré une fiabilité étroitement liée à l'humeur des chevaux.

1864-1900 : l’omnibus
1854-1860
1854-1860 : le fiacre
1854-1860 : le fiacre

Ces voitures de places, appelées aussi Fiacres ou Citadines firent leur apparition en 1854. En 1881, 55 fiacres circulent, 124 en 1899 pour 17 entrepreneurs. Après la guerre, les voitures "automobiles" remplaceront les voitures de "place".

1853
Plus de 130 ans de transports en commun

Dans un premier temps concession, société de droit local par la suite, puis société d'économie mixte de droit français, les Transports en Commun de Mulhouse (T.C.M.) sont devenus Société Anonyme en 1958. Une société anonyme dont le principal actionnaire est la ville elle-même.

Mulhouse est une ville typique pour illustrer l'explosion démographique qu'ont connu certaines villes au temps de la "Révolution Industrielle". L'implantation massive de manufactures, tissages et filatures y a entraîné un accroissement exponentiel de la population. Organiser un service de déplacements devenait une nécessité. Le 25 octobre 1853, le Maire Emile Dollfus signe un arrêté municipal instaurant un service de voitures de places.